Le compostage

compost-a483d compost-a483d  

Le Compostage

 

Processus par le quel des matériaux biodégradables sont mis ensemble pour être convertis en un engrais, grâce au travail d’organismes biologiques vivants sous conditions contrôlées.
 



Composting Composting  © - fotolia.com



Exemples de matériaux biodégradables

16 à 20% du poids de nos poubelles d’ordures ménagères  

> Les déchets de cuisine : filtres à café, sachets de thé, essuie-tout... Et les restes de repas : pain, coquilles d’œufs, épluchures... tous sauf le poisson, la viande et les os.

> Les déchets de jardin* : fleurs fanées, feuilles, herbes, paille, écorce d’arbres, tailles de haies... Autres* : fumier, cendres de bois, copeaux de bois, papiers et cartons...
 



Les effets du compost et son utilisation :

  • Améliore la structure du sol en le rendant plus grumeleux et meuble, facilitant le travail de la terre.
     
  • Nourrit le sol, grâce aux substances nutritives comme les oligo-éléments, les minéraux et les matières organiques.
     
  • ​Fertilise et accroît l’activité biologique du sol.


Les avantages :
dscf00011-f2e5b dscf00011-f2e5b  
Créer soi-même son terreau sans dépenser « un sou » !
Eviter les allers-retours à la déchetterie et diminuer le poids des poubelles (pas d’incinération, car on laisse faire la nature au fond de son jardin ! Notons : L’herbe contient 90% d’eau...


A maturité (6 à 12 mois) le compost servira d’engrais pour le potager et les plantes.

Lorsqu’il est jeune (3 à 6 mois), le compost peut être déposé en paillage autour des arbres et sur les cultures : limite la prolifération des mauvaises herbes et barre la route aux agressions extérieures.
Le succès d’un bon compost résulte des combinaisons suivantes :
Aération, rapport humide/sec, et l’équilibre entre le carbone et l’azote. Tout cela afin de favoriser l’activité des différents organismes (lombrics, cloportes, bactéries, fourmies ...) !

Aération : l’oxygène est indispensable à la vie des organismes. L’aération va permettre aussi d’assécher le compost mouillé.
Humide/sec : si le contenu est trop mouillé, la masse refroidie : blocage du processus de dégradation, action inachevée et produit nauséabond. Assécher le contenu par l’apport de matières carbonées : sciure, feuilles, papiers et cartons... De même, si le contenu est trop sec, il n’y aura pas de réduction du tas, car l’eau est nécessaire au développement des organismes.
Arroser le contenu et augmenter les apports en azote : restes de cuisine, déchets verts...
Carbone/azote : les matières carbonées absorbent l’excédent d’eau, leur structure laisse passer l’air. Les matières azotées sont riches en sucres et en protéines, elles seront la source de développement et de reproductions des organismes.


Les plus à savoir :
Le composteur doit être placé à mi-ombre, directement sur le sol, à l’abri du vent. Les activateurs naturels : les orties, les pissenlits, les cendres de bois et le fumier de cheval accélèrent la dégradation. Avec l’herbe, les organismes vont se multiplier et leur métabolisme entraînera une augmentation de la température du tas (les premiers jours : 50°c à 75°et 60°c par la suite).La réduction du volume va donc s’opérer au fil des jours.

Si vous êtes intéressés par l’achat d’un composteur en plastique ou en bois, la CCPM s’engage à vous accompagner financièrement et techniquement pour cette acquisition. Réservation et/ou renseignements auprès du service environnement de la CCPM : 03 27 77 52 35.

2 choix vous sont offerts :

  • 600 litres en bois ou 600 litres en plastique (pour un jardin inférieur à 700m2) pour 25 € TTC.
     
  • Vous avez la possibilité de réserver un bio-seau de cuisine à 3 € TTC : petit seau qui permet de stocker les restes de repas pour les introduire ultérieurement dans le composteur.

communicationcompostageccpmavril2014-fa968 communicationcompostageccpmavril2014-fa968