Présentation du dispositif

Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce (F.I.S.A.C)

 

 

Pourquoi le Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce ?

oHausse de 2% de la population entre 2007 et 2012, soit une hausse de  0,4% par année,

oHausse de 3% des personnes âgées de 60 ans et plus sur la même période,

o25,4% des ménages ont emménagé il y a moins de 5 ans.

 

Avec l’influence de 3 pôles urbains qui entourent le territoire du Pays de Mormal, il est important de maintenir l’offre commerciale présente afin de préserver la qualité de vie de ses habitants et de l’adapter à l’évolution de leurs besoins.

Il est essentiel de :

•Maintenir les services à la population et les savoir faire des professionnels,

•Absorber les pertes dues à l’évasion commerciale

 

Pour cela, la Communauté de Communes doit conforter et diversifier son tissu commercial et continuer la dynamisation et le renforcement de son activité économique.

 

L’aide FISAC permettra d’avoir une action forte sur 3 ans et ainsi de créer un effet levier qui permettra la réussite du projet de revitalisation du territoire.

 

Partenariat avec :

oL’Etat,

oLa Communauté de Communes du Pays de Mormal,

oLa Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut

oLa Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hauts de France,

oL’Association des commerçants « Les Boutiques Quercitaines »,

oL’Association des commerçants « Union Commerciale Artisanale de Bavay »,

oL’Association des commerçants « Landrecies Dynamic ».

 

 

•Le Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce s’inscrit dans le cadre d’une opération collective en milieu rural comportant deux parties et répartie sur 3 années.

oD’un côté les aides directes aux entreprises.

àInvestissement

oEt de l’autre les aides à la collectivité pour mettre en place des opérations de redynamisation des commerces sur le territoire.

àFonctionnement

•Les conditions :

oUne étude préalable de faisabilité de l’opération qui a été réalisée en 2015;

oLa participation financière de la Communauté de Communes doit être égale à celle du FISAC pour les aides directes aux entreprises.

 

•Destiné à dynamiser les activités économiques de proximité, l’opération de modernisation en milieu rural a pour objectifs :

oD’inciter les commerçants et artisans à réhabiliter et à mettre aux normes leurs locaux d’activités et à moderniser leurs outils de production grâce aux aides directes financières.

o

oD’impulser sur le territoire des actions de revitalisation notamment grâce à des actions de professionnalisation et de promotion.

o

oDe créer un outil d’observation des locaux vacants, destiné à répondre aux besoins des créateurs/repreneurs mais également d’analyser les activités commerciales et artisanales.

 

•Les objectifs précédents répondent à 4 enjeux majeurs du développement du territoire :

oRenforcer l’attractivité commerciale des centres-bourgs.

o

oMaintenir une desserte de proximité pertinente et attractive sur les communes les plus petites en modernisant l’offre existante, en prenant appui sur les cafés maillant le territoire, et en valorisant l’offre de tournées.

o

oAdapter le tissu commercial aux exigences nouvelles de la clientèle pour conforter l’attractivité du territoire.

o

oSoutenir et conforter la dynamique collective à travers les unions commerciales pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation et mieux capter la clientèle.

 

Les actions en détails (1/3):

oMise en place d’un système de vitrophanie des vitrines.

àHabillage de 11 vitrines afin de renforcer l’attractivité des centres villes.

 

oMettre en place un observatoire des locaux vacants sur le territoire.

àL’objectif est de pouvoir compléter et diversifier l’offre existante pour répondre à la demande des habitants.

 

oDévelopper le e-commerce.

àUtiliser les nouvelles technologies pour promouvoir les produits. Adapter l’offre aux nouveaux modes de consommation.

 

Les actions en détails (2/3):

 

oCréation d’une carte de fidélité à l’échelle du territoire.

àL’objectif est de fidéliser pour éviter une évasion vers les commerces périphériques.

 

oAides directes à la rénovation des façades.

 àDonner envie aux habitants de fréquenter les centres bourgs.     Rendre plus attractif et créer une harmonie.

 

Les actions en détails (3/3):

 

oAides directes à la modernisation des tournées alimentaires.

àLes tournées alimentaires permettent d’apporter une offre de base (fruit et légume, boucherie-charcuterie, boulangerie-pâtisserie) dans les villages où les derniers commerces ont disparu (31 communes concernées sur 53 sur le territoire). L’objectif est de maintenir et de développer ce service de proximité.

 

oAides directes à l’accessibilité.

àPermettre aux commerçants et artisans de se mettre aux normes et de maintenir leurs activités. Il y a également un aspect primordial qui est l’accès pour tous aux services de proximité.

 

Afin de répartir au mieux la subvention, un comité de pilotage veillera à la bonne réalisation du programme faisant l’objet de la présente convention.

Ce comité de pilotage se réunira une fois par an.

 

Le comité de pilotage se compose des membres suivants :

oLe préfet de département ou son représentant, ou la DIRECCTE,

oLe directeur départemental des finances publiques ou son représentant;

oLa Communauté de Communes du Pays de Mormal,

oLa Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut,

oLa Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hauts de France,

oLes 3 Associations de Commerçants.

 

 

Le comité d’attribution, aussi appelé comité de suivi des aides directes aux entreprises statuera sur les demandes d’aides.

Ce comité se réunira régulièrement afin d’attribuer les aides directes aux entreprises.

Le comité d’attribution, de suivi des aides directes aux entreprises se compose des membres suivants:

oLa Communauté de Communes du Pays de Mormal représentée par:

ØMadame la Vice-présidente à l’action économique,

ØLe service développement économique,

ØLe service financier

oLa Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut,

oLa Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hauts de France,

oLe Maire de la commune concernée, ou son représentant, par la demande d’aide directe.